kaiken

 

Grangé, je lis systématiquement, n'en déplaise à ses détracteurs ... Celui-là, même fini en une petite semaine, entre 2 concerts du Festival d'Ozoir, me laisse quand même un peu sur ma faim.
Deux histoires en une : première partie très noire, avec un vrai tueur en série, magnifique... puis vient une seconde phase, à mon goût un peu trop cinématographique, avec de larges digressions pas inintéressantes sur la culture japonaise (mais j'apprends à l'instant que l'auteur est marié à une japonaise...). Le problème, c'est que Grangé n'a pas eu le génie de joindre les deux intrigues pour un final que j'aurais trouvé, pour le coup, ... abasourdissant (pas courant celui-là !). A savourer tout de même ...